Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 06:44
ESCAPADE LYONNAISE LE 13 JUIN 2015

Une difficulté logicielle rend difficile la publication de photos, la mise à jour sera faite dès que ce problème sera résolu.

Etre membre des Amis des Musées de Riom, c’est parfois se lever à l’aurore et rejoindre au travers des brumes le parvis désert de la gare afin d’y prendre le car affrété pour se rendre à Lyon. Nous voici réunis pour un périple confortable et calme qui nous amène à 10h au pied du Musée des Confluences sis à l’extrême sud de la presqu’ile, jonction de la Saône et du Rhône.

Le Musée, conçu par l’agence autrichienne CoopHimmelb(l)au présente deux parties, l’une figure un cristal de verre et de métal, l’autre un nuage d’inox. On peut aussi le considérer comme une silhouette d’une sorte de tricératops au crâne transparent. Le nuage est en quasi lévitation, juste appuyé sur une faible surface. On a là un bel exemple de déconstructivisme dans la ligne du Guggenheim de Bilbao avec sa peau de métal, l’inox ayant été préféré au titane (problème de prix?). Depuis la passerelle du tramway, on a une vue superbe sur l’endroit, le confluent et les bateaux de tourisme qui ont ajouté ce point à leur tour.

L’accès des groupes est vaste et bien gardé. Le cerbère à l’entrée ne se préoccupe que de faire ranger les visiteurs sur le côté à l’extérieur mais en rien de les accueillir, sans doute un lointain descendant de Pandore???

Une fois franchi ce redoutable barrage, nous nous retrouvons, pour un briefing préalable, dans un annexe de la chaufferie (?) où notre jeune guide nous initie au maniement des écouteurs individuels. Ce dispositif appréciable présente le défaut d’être assez lourd et de devenir désagréable au bout de 20 minutes.

Nous accédons au hall d’accueil majestueux sis dans le cristal. La structure porteuse centrale, appelée puits de gravité dispose d’un système de récupération de l’eau de pluie et alimente le bassin situé sous le nuage ainsi que les toilettes. Des grands escalators mènent aux différents niveaux avec une certaine élégance.

Nous voici partis pour le niveau 4, celui de l’exposition permanente. Il se répartit en quatre parcours thématiques : Origines, Espèces, Sociétés et Eternités. Notre groupe a subi un commentaire dans un français approximatif puisque « du coup, si je m’habillerais en animaux, ce serait avec des plumes de haras » pour résumer quelques cuirs. Précisons que le deuxième groupe était ravi de sa guide.

Reste une exposition qui se doit de bénéficier d’un commentaire sous peine de voir le visiteur passer à côté du message.

Notre parcours commencera par le thème Espèces. De beaux animaux naturalisés, des momies de diverses espèces (dont des faux avérés), des microscopes, un hommage aux espèces disparues avec ce squelette de rhytine de Steller (sorte de lamantin boréal). Le guide anime en posant des questions : « qu’est-ce que naturaliser un animal? ». On se croit un peu en CE1.

Trois jeunes femmes nous accueillent dans l’espace Origines. Elles ont vécu en même temps mais seules deux ont pu se côtoyer. Mme Sapiens, Melle Neandertal et la minuscule Mme Flores sont très dissemblables et pourtant extrêmement proches. Nous passons sous un camarasaurus, le guide se réjouit que nous ayons été incapables d’en trouver le nom. Les membres du panthéon chinois nous regardent caresser une météorite….

Passons dans la salle consacrée aux Sociétés. L’activité humaine y est résumée. De la cartographie aborigène au minitel, l’industrie, la politique et ses insignes (armures…), le commerce sont évoqués.

La dernière salle nous amène vers l’Eternité, les momies égyptienne et péruvienne parlent du rapport à la mort et l’au-delà, l’Asie est représentes par un Bouddha couché alors qu’un mur de têtes de mort colorées (« L’éternité parfois s’éveille » de Jean-Philippe Aubanel) nous guide vers la sortie et la descente par des plans inclinés vers le niveau bas.

Après le déjeuner, notre car se fraye un chemin jusqu’à la Croix Rousse et la maison des Canuts. Nous y bénéficierons d’une présentation par Philibert, homme capable de vous réconcilier avec le métier de guide après l’expérience matinale.

Une histoire de la soie à Lyon suivie d’un démonstration de tissage sur métier Jacquard, tel est le support de cette séance agréable où l’histoire industrielle et politique du quartier est narrée avec gouaille et drôlerie par le guide. Les immeubles, les rues, tout a été dessiné pour permettre le tissage dans de « bonnes » conditions… reste à livrer en ville en « débaroulant » les traboules sous l’autoritaire houlette de Catherine. Les mutuelles, les HLM, la résistance, les remparts de Lyon et l’histoire du Gros Caillou nous mèneront jusqu'à la place des Terreaux et notre fidèle chauffeur.

Nous serons de retour à temps pour assister à la défaite de l’ASM en finale. Notre déception sera tempérée par le souvenir de cet échantillon lyonnais au fort goût de revenez-y.

ESCAPADE LYONNAISE LE 13 JUIN 2015
ESCAPADE LYONNAISE LE 13 JUIN 2015
ESCAPADE LYONNAISE LE 13 JUIN 2015
ESCAPADE LYONNAISE LE 13 JUIN 2015
ESCAPADE LYONNAISE LE 13 JUIN 2015
ESCAPADE LYONNAISE LE 13 JUIN 2015
ESCAPADE LYONNAISE LE 13 JUIN 2015
ESCAPADE LYONNAISE LE 13 JUIN 2015
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de amismuseesriom.over-blog.com
  • : Vie de l'Association des Amis des Musées de Riom (63). Sorties, assemblées, nouveautés des Musées.
  • Contact

Recherche

Liens