Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 juillet 2019 6 06 /07 /juillet /2019 11:35

Le fait déclencheur de cette sortie a été la tenue de l’exposition que Jean Moiras  consacre à Casanova et à Venise dans le cadre des écuries du château de Parentignat.

 

44 amis des musées s’étaient réunis, qui à la gare de Riom, qui à Parentignat pour débuter la visite de cette expo commentée par Jean Moiras soi-même.

De façon inhabituelle, les tableaux de Moiras font la part belle aux portraits et à l’architecture vénitienne. On retrouve bien entendu les grands à-plats de couleurs traités en empatement et travaillées en relief par des doigts, des fourchettes, des peignes…

On remarque deux couleurs particulières que le peintre élabore lui même : un bleu outremer mat et un noir brillant utilisé pour marquer des contours.

 

Moiras part des carnets de croquis commentés et compose sur cette base un schéma sur ordinateur qui sera le support de son tableau. Personnellement j’apprécie ces silhouettes de villages qui viennent scander le rythme des tableaux.

 

Parmi les oeuvres exposées, quelques citations dont « l’Escamoteur de Jérôme Bosch » revu en version vénitienne, le manipulateur et la voleuse, en tenue vénitienne, opèrent sous la surveillance de Casanova masqué qui apparait dans une fenêtre.

 

Jean Moiras profitera de notre visite pour nous donner un avant-goût de la conférence qu’il tiendra au Musée Mandet cet automne sur le thème de « L’imposture dans l’art ». Voilà qui promet un débat animé …..

 

Le régisseur du château nous accueille maintenant pour une visite de la demeure et de son impressionnante collection de peintures.

 

Nous rejoignons l’aile sud pour nous retrouver dans une galerie dédiée à la chasse, les tableaux de la famille Deschamps y dominent tandis que les dessus de portes évoquant le port de La Valette sont d’un charme absolu. Dans le hall attenant, le grand Condé nous surveille, marmoréen.

 

Nous gravissons l’escalier monumental, orné d’œuvres de Deschamps avec scènes de chasse. Au premier étage, la salle de bal et la salle à manger offrent un florilège de portraits signés Rigaud et Largillière ou Vigée-Lebrun dont nous avions fait la connaissance lors de la récente exposition au Marq. L’immense portrait de Louis XV par Van Loo qui nous avait accueilli à Clermont est au centre, bien entendu, et l’éclairage venu des jardins lui sied particulièrement tandis que le regard de Marie Mancini est toujours très attirant.

 

 

Notre guide nous ouvre les portes du hall. Nous y ferons connaissance avec les grands hommes et femmes de la famille de Lastic dont François de Lastic qui entreprit la modification de la bâtisse.

Une collection de chaises à porteur accueille le visiteur et le place d’emblée au 17ème siècle. Dans les salons du rez-de-chaussée, statues, terres cuites, portraits de membres de la famille s’allient au mobilier Régence du salon rouge ou au Louis XV du salon voisin avant d’accéder à la bibliothèque. Cet ancien appartement de la châtelaine renferme plus de 9000 volumes rangés soigneusement dans douze armoires vitrées. Ce trésor ne peut hélas être exploité, l’incivilité ayant découragé les propriétaires d’y laisser accès.

Sortie du 3 juillet au sud du département.
Sortie du 3 juillet au sud du département.
Sortie du 3 juillet au sud du département.
Sortie du 3 juillet au sud du département.
Sortie du 3 juillet au sud du département.
Sortie du 3 juillet au sud du département.

Le régisseur du château nous accueille maintenant pour une visite de la demeure et de son impressionnante collection de peintures.

 

Nous rejoignons l’aile sud pour nous retrouver dans une galerie dédiée à la chasse, les tableaux de la famille Deschamps y dominent tandis que les dessus de portes évoquant le port de La Valette sont d’un charme absolu. Dans le hall attenant, le grand Condé nous surveille, marmoréen.

 

Nous gravissons l’escalier monumental, orné d’œuvres de Deschamps avec scènes de chasse. Au premier étage, la salle de bal et la salle à manger offrent un florilège de portraits signés Rigaud et Largillière ou Vigée-Lebrun dont nous avions fait la connaissance lors de la récente exposition au Marq. L’immense portrait de Louis XV par Van Loo qui nous avait accueilli à Clermont est au centre, bien entendu, et l’éclairage venu des jardins lui sied particulièrement tandis que le regard de Marie Mancini est toujours très attirant.

 

 

Notre guide nous ouvre les portes du hall. Nous y ferons connaissance avec les grands hommes et femmes de la famille de Lastic dont François de Lastic qui entreprit la modification de la bâtisse.

Une collection de chaises à porteur accueille le visiteur et le place d’emblée au 17ème siècle. Dans les salons du rez-de-chaussée, statues, terres cuites, portraits de membres de la famille s’allient au mobilier Régence du salon rouge ou au Louis XV du salon voisin avant d’accéder à la bibliothèque. Cet ancien appartement de la châtelaine renferme plus de 9000 volumes rangés soigneusement dans douze armoires vitrées. Ce trésor ne peut hélas être exploité, l’incivilité ayant découragé les propriétaires d’y laisser accès.

Sortie du 3 juillet au sud du département.
Sortie du 3 juillet au sud du département.
Sortie du 3 juillet au sud du département.
Sortie du 3 juillet au sud du département.

Par ce mercredi de chaleur marquée, nous faisons halte à Issoire pour déguster une truffade et une pompe aux pommes des plus opportunes avant de nous diriger vers le château de Villeneuve Lembron.

 

Méconnu, ce château, qui appartient à l’Etat est une véritable perle d’architecture.

Conçu à la base par un sacré gaillard du nom de Rigault d’Aureille, maître d’hôtel de quatre rois de France (de Louis XI à Francois 1er), l’homme se distingue par son humour et son autodérision. Rigault veut dire chien? Il en fera son blason et exploitera cette image jusque sur son reliquaire. C’est lui qui, dans la cour du château, à l’abri d’une galerie, fera peindre les images de la Chicheface et de la Bigorne. La première est extrêmement maigre, ne se nourrissant que de femmes sages alors que sa consoeur est plus que replète, se gavant d’hommes rendus malheureux par leurs femmes….Les différents salons offrent des tapisseries et des peintures murales de qualité, tout particulièrement au niveau des embrasures.

La chapelle est extrêmement intéressante par ses peintures.

Il en est de même pour les écuries dont le décor peint, sauvegardé à 60% est d’une qualité de trait remarquable.

Sortie du 3 juillet au sud du département.
Sortie du 3 juillet au sud du département.
Sortie du 3 juillet au sud du département.
Sortie du 3 juillet au sud du département.
Sortie du 3 juillet au sud du département.
Sortie du 3 juillet au sud du département.
Sortie du 3 juillet au sud du département.
Sortie du 3 juillet au sud du département.
Sortie du 3 juillet au sud du département.
Sortie du 3 juillet au sud du département.
Sortie du 3 juillet au sud du département.

Après avoir regagné l’agglomération clermontoise et gravi le plateau de Gergovie (ce qui constitue une exploit pour un car qui croise des voitures de pompiers), nous avons le privilège d’être reçus en avant-première dans le nouveau centre d ‘accueil du site de Gergovie. La visite nous est commentée par Arnaud Pocris, en charge du projet. Le bâtiment en arc de cercle est constitué d’un mail offrant des vitrines à gauche et des salles thématiques sur la droite. Le cercle intérieur est illuminé par une baie couvrant sur le paysage et permettant de situer les lieux de cette bataille célèbre.

Des moyens modernes de projection sur relief, de douche sonore permettront au visiteur de s’immerger dans cette civilisation et au cour de la bataille. Ce site devrait constituer le plus évolué d’une chaîne Alesia-Bibracte-Gergovie et permettre un attrait touristique supplémentaire pour la région.

 

En tout cas, cette visite a ravi nos membres!

En tout cas, cette visite a ravi nos membres!

En tout cas, cette visite a ravi nos membres!

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
Dans ce cas si vous avez lu le message de Monsieur Pajot, comment pouvez-vous laisser des photos de tableaux plagiés alors que ces mêmes tableaux ont été retirés de l’exposition ?
Répondre
A
Le mail de M. Pajot n'est pas, me semble-t-il une décision de justice. Par ailleurs, ce reportage est à l'image de ce que nous avons vu. Comment aurions-nous eu connaissance du retrait des tableaux et plus encore de quels tableaux? Vous accordez beaucoup d'importance à notre modeste blog, ce qui nous réjouit.
Si nous assistons à une exposition Ensor, nous ne manquerons pas de vous en avertir...
J
Moiras est un plagiaire et un imposteur !
Répondre
T
Merci de cette contribution! C'est avec de tels arguments étayés et rationnels que l'on fait scientifiquement avancer les choses...
Le modérateur du blog
M
Bonjour,
Mon commentaire ne prétend pas prendre en compte l’ensemble de votre visite du Château de Parentignat, mais puisque "le fait déclencheur de cette sortie a été la tenue de l’exposition que Jean Moiras consacre à Casanova et à Venise dans le cadre des écuries du château de Parentignat », je vous invite à visiter aussi une page de mon blog qui complétera utilement votre visite du 3 juillet.
http://marcel-pajot.blogspot.com/2019/07/propos-dun-eventuel-plagiat.html
Pour M. David Chabannes, gérant de la Galerie Christiane Vallé, ceci n’est ni plus ni moins qu’une simple erreur : "Mr Moiras est humain et oui il a fait une erreur comme beaucoup d’artiste avant lui. » écrit-il en réponse à une demande d’explication d’un amateur d’art étonné de la similitude constatée.
Marcel Nino Pajot, peintre
Répondre
A
Merci de cette explication....J'ai lu le mail de M. Nino Pajot et pense avoir compris son contenu.
Je persiste à dire que votre phrase n'apporte strictement rien de plus au débat sinon de vous faire plaisir.
J
Si vous lisez l'article de blog de Marcel Nino Pajot vous comprendrez qu'il existe de nombreux éléments rationnels et étayés sur le plagiat commis par le peintre Moiras.
F
si près de nous , quel plaisir de faire partager deux lieux aussi remarquables que Parentignat et Villeneuve Lembron! et de rencontrer des passionnés , le peintre Moiras dont l'oei malicieux et le propos décapant nous ont ravis , et nous attendons avec encore plus d'impatience l'ouverture ....ENFIN , de la maison de Gergovie qui a tout pour devenir un des sites incontournables de l'archéologie!
Répondre