Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 18:12

Notre traditionnel concert du mardi midi s’est tenu vendredi 9 septembre pour accueillir pour la seconde fois Clément Dionet, brillant baryton clermontois à la carrière internationale accompagné au piano par la charmante Naruto Tsuji.

Le répertoire proposé se compte d’oeuvre de compositeurs japonais de la fin du XIXème et du début du XXème, influencés par la musique européenne mais toujours liés aux sons traditionnels.

Cette musique constitue à elle seule un genre à part entière.

Lors de ces interprétations d’oeuvres courtes, Clément Dionet a fait preuve une nouvelle fois de sa virtuosité vocale faite d’un équilibre parfait entre nuance et puissance.

Cette prestation a eu les honneurs d’un article élogieux de Notre quotidien régional.

Concerts de musique japonaise au Musée Mandet
Concerts de musique japonaise au Musée Mandet

La location d’un piano devenant un luxe, l’excellent Steinway installé par la maison Gardelle a permis de tenir un second concert à 15 h. Cette fois, c’est l’oeuvre complet pour piano de Tôru Takemitsu qui a été interprété. C’est Pierre Courthiade, grand connaisseur du Japon, qui tient le clavier devant un parterre composé pour moitié d’enfants de CM1 de l’école Maurice Genest, lesquels seront angéliques même si cette musique sans rythmique omniprésente les a déroutés.

L’oeuvre s’inspire de Debussy, Satie, Messiaen ou John Cage, elle est exigeante et parfois déroutante mais toujours élégante et poétique. Les partitions très annotées montrent un travail profond de la part de l’interprète au service d’une mécanique de précision car tout est écrit!

Deux morceaux sont inspirés par le tableau « Les yeux clos », d’Odilon Redon, deux autres évoquent le thème de l’eau…. le concert se terminera sur « For Away » inspiré des gamelans indonésiens.

Merci à Pierre Couthiade de cette parenthèse de sérénité et de poésie

Concerts de musique japonaise au Musée Mandet
Concerts de musique japonaise au Musée Mandet
Partager cet article
Repost0
9 septembre 2016 5 09 /09 /septembre /2016 17:12
Conférence le 22 septembre
Partager cet article
Repost0
6 septembre 2016 2 06 /09 /septembre /2016 11:40
CONFERENCE AU MUSEE MANDET
Partager cet article
Repost0
3 septembre 2016 6 03 /09 /septembre /2016 09:49
Colloque du Club Historique Mozacois
Colloque du Club Historique Mozacois
Partager cet article
Repost0
31 août 2016 3 31 /08 /août /2016 12:53

Chers Amis des Musées,

Les vacances sont finies, la rentrée toute proche…

Rappelez-vous, notre sortie à Bibracte et Autun, le dimanche 25 septembre.

Il ne reste que quelques jours pour s’inscrire.

Alors vite, un chèque de 70 € (pour les adhérents, 80 € pour leurs amis) au nom des Amis des Musées de Riom, envoyé à Mme Mireille BRUN, 12 rue de la Chapelle Saint-Don, 63200 Riom, et l’inscription est assurée.

Attention, il n’y aura pas d’autre rappel. Les personnes inscrites recevront en temps utile les modalités pratiques.

Bonne reprise à toutes et à tous.

Le secrétaire

Marcel PIERRE

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 07:07
Galerie Terre d'Orange
Partager cet article
Repost0
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 11:34
Jouez dans nos musées!
Partager cet article
Repost0
9 juillet 2016 6 09 /07 /juillet /2016 06:50

Une courte route, proche à une sieste réparatrice, nous voit arriver en pleine forme au Moutier d’Ahun. Le monastère fondé en 997 par les bénédictins d’Uzerche a connu un fort développement avec la construction d’une église romane au XII ème qui ne résistera pas à la Guerre de Cent Ans d’où une reconstruction gothique. En 1591, un combat entre catholiques et Huguenots mène à la destruction de la nef et du croître. Il s’ensuit un pillage, les pierres servant à édifier les maisons alentour. En 1611, l’ordre de Cluny arrive sur les lieux et construit l’église actuelle avec ses remarquables boiseries (1693). Cent ans plus tard, c’est la fin du monastère et l’église devient paroissiale, de nombreuses statues sont détériorées.

ESCAPADE EN CREUSE AHUN
ESCAPADE EN CREUSE AHUNESCAPADE EN CREUSE AHUN
ESCAPADE EN CREUSE AHUN

Il est étrange de franchir le porche pour accéder dans l’ancienne nef où les colonnes sont devenues des arbres…..

Dans l’église, un retable en calcaire, une trinité en granit sont surmontés par une tapisserie de Mario Rotta (architecte de la cathédrale d’Evry) qui reprend en superpositions le plan cadastral d’Ahun et celui de l’église.

Dans le choeur, les célèbres boiseries de Simon Bouer sont du plus pur style baroque, polychromes à l’origine, passées au lait de chaux sous la révolution, elle furent décapées début XX ème par le curé Malapert et des bénévoles? Passées au brou de noix, elles seront ensuite éclaircies pour venir à l’aspect actuel.

ESCAPADE EN CREUSE AHUN
ESCAPADE EN CREUSE AHUNESCAPADE EN CREUSE AHUN
ESCAPADE EN CREUSE AHUN
Le pont du Moutier d'Ahun envahi!
Le pont du Moutier d'Ahun envahi!

Le pont du Moutier d'Ahun envahi!

Nous visitons enfin le village de Masgot qui doit sa renommée à un personnage curieux au caractère difficile : François Michaud. Ce tailleur de pierres a orné le village de sculptures simples mais étrangement modernes dont la finesse est limitée par le matière première locale. L’homme était bonapartiste mais notre présidente a frôlé l’infarctus en découvrant devant la maison de Michaud… une Marianne avec ses attributs sur un piédestal.

Il était temps de regagner nos pénates, véhiculés confortablement par notre chauffeur attentif.

Merci à Marcel Pierre de cette organisation appréciée de tous.

Masgot et ...sa Marianne!
Masgot et ...sa Marianne!
Masgot et ...sa Marianne!
Masgot et ...sa Marianne!

Masgot et ...sa Marianne!

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2016 5 08 /07 /juillet /2016 08:37

Paysage de vallons verts, de murets de granit, de maisons de pierre à la maçonnerie remarquable : nous sommes dans l’Est de la Creuse, à 90 minutes de Riom.

Notre première étape nous a mené à Felletin, ville fondée autour d’un monastère à partir de 1112, à proximité de la Creuse. Une charmante guide nous a réunis dans le jardin qui occupe l’ancien cloître, avec ses haies de buis, son puits, ses rosiers. L’Eglise nous domine de son clocher carré, on distingue bien son choeur roman et sa nef gothique du XVème.

ESCAPADE EN CREUSE FELLETIN
ESCAPADE EN CREUSE FELLETIN
ESCAPADE EN CREUSE FELLETIN

L’intérieur est un florilège de quasiment tous les styles possibles. Commençons par le choeur roman, ses boiseries XVIIème derrière lesquelles une fresque du XVèmè fait ressortir ses ocres pour évoquer Saint Martin. Le retable, oeuvre des frères Duhamel arbore une statue de Sainte Valérie (céphalophore) tenant sa tête dans ses mains jointes.

 

Le transept nord abrite une originale peinture murale, oeuvre des cartonniers locaux. La chapelle des lissiers offre une autre peinture de ce genre très théâtrale. Une statue de bois d’une rare Trinité est privée de sa colombe. Non loin, une autre fresque de Saint Martin partageant son manteau et un martyre de Saint Laurent  ornent une chapelle puis un remarquable triptyque de la résurrection célèbre Madeleine. Une piéta de bois, un devant d’autel, de superbes statues de bois et une porte…

 
 
ESCAPADE EN CREUSE FELLETIN
ESCAPADE EN CREUSE FELLETIN
ESCAPADE EN CREUSE FELLETIN
ESCAPADE EN CREUSE FELLETIN
ESCAPADE EN CREUSE FELLETIN
ESCAPADE EN CREUSE FELLETIN
ESCAPADE EN CREUSE FELLETIN

Ce n’est pas la porte du paradis mais celle de l’escalier du clocher. Raide, étroit et oppressant, il mène à une étroite terrasse où le spectacle paie largement l’effort consenti.

Mosaïques de Henri Guérin

Mosaïques de Henri Guérin

Le Corbusier
Le Corbusier

Quelques pas nous mènent ensuite à l’église du château qui abrite une exposition de tapisseries sous l’éclairage de haute fenêtres ornées de masques de verre de Henri Guérin.

Derrière l’autel dessiné par Le Corbusier, une tapisserie rouge de l’architecte : « les dés sont jetés ». Calder, Sonia Delaunay, Henri Guérin et surtout Michel Degand dont les oeuvres sobres rehaussées de reliefs sont un véritable régal pour l’oeil. Un lissier à la moustache conquérante nous parle de son métier et réalise une démonstration. Mais la présidente nous arrache à notre contemplation pour nous rappeler à des contingences alimentaires.

Le repas sera attristé par la nouvelle du décès de notre présidente d’honneur, Antoinette Ehrard.

Sonia Delaunay "Jeux d'enfants" et Michel Degand
Sonia Delaunay "Jeux d'enfants" et Michel DegandSonia Delaunay "Jeux d'enfants" et Michel DegandSonia Delaunay "Jeux d'enfants" et Michel Degand
Sonia Delaunay "Jeux d'enfants" et Michel DegandSonia Delaunay "Jeux d'enfants" et Michel Degand

Sonia Delaunay "Jeux d'enfants" et Michel Degand

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2016 1 04 /07 /juillet /2016 15:21

Chers Amis des Musées de Riom ,

C'est avec une grande tristesse que nous venons d'apprendre le décès de notre Présidente d'Honneur des Amis des Musées de Riom, Antoinette Erhard, professeure des universités, épouse de Jean, ancien maire de Riom. Tous deux ont apporté au cours des quarante dernières années, une aide sans faille au Musée Régional d'Auvergne et au Musée Mandet auxquels ils étaient très attachés .

Antoinette a apporté sa contribution scientifique à de nombreuses expositions, conférences comme celles autour des expositions temporaires sur les Arts de la table, les veillées .

Femme de caractère et de convictions, elle avait une haute idée de la culture et savait faire partager son amour pour la peinture, le théatre, les écrivains et les philosophes des Lumières.

Nous adressons nos plus sincères condoléances à Jean Erhard, son mari, à ses enfants et petits enfants. Nous sommes nombreux à avoir fait un morceau de chemin à ses côtés et elle restera longtemps dans nos pensées.

Un dernier hommage lui sera rendu jeudi 7 juillet à 11h, au Jardin du Souvenir du cimetière de Riom .

Françoise Fernandez,

Présidente des Amis des Musées de Riom.

Décès de notre Présidente d'honneur

C’est une personnalité marquante de la vie culturelle et associative riomoise, présidente des Amis des Musées de Riom de 1998 à 2008, qui vient de disparaître.

Antoinette Ehrard, née à Paris en 1932, professeur de lettres dans l’enseignement secondaire de 1956 à 1967 à Saint-Etienne, Orléans puis Riom (lycée Virlogeux), elle a enseigné ensuite l’histoire de l’art à l’Université de Clermont-Ferrand de 1967 à 1992, où elle a témoigné d’un grand attachement à la réussite de ses étudiants, puis, à sa retraite, s’est occupée du secteur Images au Service Université Culture.

Enseignante passionnée, spécialiste de Manet, Courbet, comme de la peinture polonaise ou hongroise du XIX° siècle, elle a été l’auteur d’œuvres critiques consacrées à Emile Zola ou Théophile Gautier. Une grande complicité intellectuelle l’a unie pendant près de soixante ans à son mari, Jean, professeur émérite de l’Université, maire de Riom de 1977 à 1989. C’est en 1961 qu’ils s’installent à Riom avec leurs deux enfants. Très vite ils s’impliquent dans la vie de la cité. Passionnés de littérature, d’architecture, d’histoire de leur ville, ils en font revivre les personnages marquants dans une publication, Promenades dans Riom : Desaix bien sûr mais aussi Alphonse Cornet, Etienne Clémentel, Gilbert Romme… Parallèlement ils œuvrent au sein du Centre de Recherches Révolutionnaires et Romantiques, notamment de l’œuvre de Montesquieu.

Ardente avocate des valeurs républicaines et d’une culture exigeante mise à la portée du plus grand nombre, Antoinette Ehrard s’emploie au développement du musée d’Auvergne, du musée Mandet et du Pays d’Art et d’histoire, au soutien des associations de culture populaire, en particulier de l’Atelier Théâtral Riomois, avec lequel elle montera sur les planches, comme elle le fera encore à Lyon (aux Subsistances) à plus de soixante-dix ans avec la Compagnie Des Lumas.

Lors d’un entretien avec une journaliste Antoinette Ehrard disait détester la mesquinerie, la malhonnêteté, la vulgarité, et prônait l’intelligence généreuse. Ses paroles résonneront longtemps dans le cœur de tous ceux qui ont eu le privilège de faire un morceau de chemin avec elle et qui partagent la peine de son mari, de ses enfants, de ses petits-enfants, de ses amis, en ces douloureux moments.

Partager cet article
Repost0